Les Phases de Vol

Introduction

Pourquoi un classement par Phase de Vol ?

Les productions du Portail Sécurité sont, dès que c'est possible, classées par phase de vol. Cela permet d'y accéder dans un ordre logique, axé sur la pratique. C'est aussi un rappel que chaque phase de vol prépare la(es) suivante(s) du point de vue de la gestion des risques. Le descriptif succinct de chaque phase de vol a été rédigé pour caractériser ce rôle.
Cette classification se veut aussi structurante pour les pilotes, et doit leur permettre de devenir plus robustes, plus confiants et plus sûrs.
Les vignettes des phases de vol ont été réalisées sur le terrain de Moret Episy, avec le concours de l'aéroclub de la Vallée du Loing, et de l'association Voltage.

Préparation du vol

Préparation du vol

La préparation d’un vol, consiste à partir des grandes lignes, puis à progressivement entrer dans le détail de la navigation. Quel avion pour quelle destination ? Orientation des tronçons, distance à parcourir, topologie des régions survolées (relief, eau, …), obstacles sur le trajet, espaces aériens traversés, exigences correspondantes, zones à éviter, stratégies envisageables, terrains d’aviation sur le trajet, moyens radio et de navigation disponibles, cheminements possibles, détermination des points tournants, etc …

Voir les articles


Actualisation du vol

Actualisation du vol

La préparation peut être faite bien avant que le vol ne soit planifié, et quoi qu’il en soit, une actualisation est toujours nécessaire, ne serait-ce que pour les données météorologiques, les NOTAM et l’activité des zones, dans les heures qui précèdent le vol. Il est donc nécessaire juste avant le vol, de l’actualiser aux données les plus récentes pour intégrer tous les éléments et paramètres du jour. C’est aussi le moment de briefer les passagers éventuels.

Voir les articles


Prise en compte machine

Prise en compte machine

La prise ne compte de la machine, vise à s’assurer qu’elle est apte au vol projeté, que les papiers sont à jour. Y a-t-il des réserves techniques ? C’est aussi le moment de la première évaluation des quantités de fluides, carburant, lubrifiants et autres, à bord. La machine a-t-elle volé récemment et avec quels pilotes, dont il sera possible d’obtenir des informations s’ils sont présents.

Voir les articles


Approche de la machine

Approche de la machine

L’observation de la machine à distance, et au fur et à mesure qu’on s’en approche est riche d’informations, comme la présence des obturateurs, qui ne sont pas toujours perceptibles lorsqu’on en est très proche.

Voir les articles


La visite de sécurité

La visite de sécurité

Cette visite consiste à s’assurer que les contacts et commandes de la machine sont bien positionnés pour la visite prévol et la suite des opérations, que les trims et les commandes de vol sont libres.

À titre d’exemple, les contacts et magnétos sont bien coupés, le frein de parking est appliqué, les commandes des gouvernes sont libres, les trims libres et bien positionnés, ainsi que les autres commandes (train d’atterrissage), il n’y a pas de voyants grillés, … C’est aussi un bon moment pour actualiser sa conscience des particularités et différences éventuelles de la machine.

Voir les articles


La visite prévol

La visite prévol

Le pilote, veillant à ne pas être dérangé, passe en revue de détail sa machine, selon un circuit déterminé, pour s’assurer qu’elle est apte au vol. Le manuel de vol de la machine est la référence de sa visite prévol, même si elle comprend de grands principes communs à toutes les machines.

Voir les articles


Installation à bord

Installation à bord

Du réglage au bon verrouillage du siège, au positionnement de la documentation, du stylo, des lunettes (et de soleil), de la casquette, à la connexion du(es) casque(s), au positionnement des clés (organisation matérielle), l’installation à bord est une étape à part entière.
Le pilote doit veiller à la parfaite installation de ses passagers. Lorsqu’ils sont installés, c’est le moment de compléter le briefing qui a été fait suite à l’actualisation du vol.
Avant de s’installer, le pilote, commandant de bord du vol, dispose d’une dernière opportunité de s’assurer que tout est OK à l’extérieur de la machine ! (Porte de soute, barre de traction, sac passager posé sur l’aile ou ailleurs, environnement proche …)

Voir les articles


Avant mise en route

Avant mise en route

Verrière fermée, frein appliqués, réservoir carburant le moins plein sélectionné, feux de navigation et feux anti-collision en marche, le pilote réalise la Check-Liste avant mise en route.

Voir les articles


Mise en route

Mise en route

« Abords dégagés », vérification essentielle, le pilote avec les pieds sur les freins, bien calé s’il est en paramoteur, démarre le moteur, contrôle son régime, les pressions et dépression, la coupure éventuelle.

Voir les articles


Après mise en route

Après mise en route

Le pilote passe sur le réservoir le plus plein ou le réservoir principal, s’assure de la génération électrique et de la mise en marche des servitudes, moyens de communication (dont le transpondeur) et de navigation, puis vérifie qu’il n’a rien oublié en faisant la Check-Liste après mise en route.

Voir les articles


Roulage

Roulage

Abords dégagés, phare de roulage éventuellement allumé, frein de parking desserré, le pilote fait avancer sa machine et teste immédiatement les freins. Lorsque le parking est dégagé, il confirme que les caps indiqués sont cohérents, et défilent durant les virages, que les horizons artificiels si la machine en est équipée, sont stables.

Voir les articles


Essais moteurs

Essais moteurs

Avion positionné au point d’attente, en veillant ne pas souffler une machine qui y serait vulnérable, le pilote teste son propulseur selon les préconisations. Notez bien que le réservoir carburant sélectionné est le plus plein, depuis les actions après mise en route. Passé l’étape des essais moteur, on ne doit plus changer de réservoir avant la croisière ! Sinon il faudra à minima refaire les essais moteur avec la nouvelle sélection.

Voir les articles


Avant alignement

Avant alignement

Toujours au point d’attente, configuration de la machine, essai des commandes de vol, vérification des trims pour le décollage, ceintures attachées, portes fermées et verrouillées, parachute de secours paré à l’utilisation : Check-List avant alignement.

C’est le moment de faire le briefing décollage, qui va prendre en compte les conditions particulières de la machine, du chargement, de la météo, de l’environnement de la piste de départ, et donc des performances machine, tout en prévoyant l’interruption du décollage et la stratégie à tenir en cas de panne moteur.

Voir les articles


Alignement

Alignement

Au moment de pénétrer la piste, feux allumés, le pilote ajoute les feux à éclats (strobe-lights). Si la piste doit être remontée, elle le sera sur l’axe central, jusqu’au moment du demi tour. Une fois aligné, la machine est immobilisée roue dans l’axe. En opérations normales, le frein de parking n’est jamais appliqué lorsque l’avion est aligné sur la piste !

Voir les articles


Avant décollage

Avant décollage

Les servitudes susceptibles de perturber le compas magnétique sont coupées le temps de contrôler sa corrélation avec l’orientation exacte de la piste, sur laquelle le directionnel sera calé. Les dispositifs requis pour le décollage sont activés (pompe, phares, pitots, transpondeur,…). Puis le pilote fait de mémoire la Check-liste avant décollage.

Voir les articles


Décollage

Décollage

Application d’une puissance modérée sur les freins. « Tant de carburant consommé » (si info disponible), « décollage à telle heure, TOP » Le pilote relâche les freins, applique complètement la puissance. Vérifie « puissance décollage », « Telle vitesse, le badin est actif », « Telle vitesse, Rotation », «  vario positif, altimètre confirme », …

Voir les articles


Après décollage

Après décollage

Une fois stabilisé, à la vitesse, à la puissance et en configuration pour la montée, le pilote fait la Check-liste après décollage, de mémoire. On considère généralement que l’envol est terminé en passant une hauteur de 1500 pieds, à condition que ce soit suffisant pour s’affranchir des obstacles.

Voir les articles


Montée

Montée

En montée vers l’altitude de croisière, le pilote n’a pas une très bonne visibilité vers l’avant, il ne doit pas hésiter, à modifier l’assiette de sa machine pour bien voir devant lui, et assurer la veille anti-collision. La vitesse de montée doit tenir compte de la température extérieure et être adaptée si nécessaire, pour un bon refroidissement du moteur (Arc vert). Quelles servitudes doivent être coupées ? Pompe carburant, phares, … Ne pas oublier qu’il faudra sans doute changer de calage altimétrique. Le pilote fait la Check-liste montée.

Voir les articles


Croisière

Croisière

La transition de la montée vers la croisière est importante, elle doit être anticipée, surtout sur une machine performante. Lors de l’interception de l’altitude ou du niveau de croisière, à la puissance montée, le pilote laisse l’appareil accélérer jusqu’à la vitesse de croisière, réduit grossièrement l’effort à piquer au manche à l’aide du compensateur de régime, affiche la puissance croisière, et affine la compensation dès que la vitesse (subie) est stabilisée. Le pilote détermine alors l’ensemble des estimées des points tournants et l’heure d’arrivée à destination. Il poursuit la gestion carburant, et contrôle régulièrement l’ensemble des paramètres.

Voir les articles


Exercices de pilotage

Exercices de pilotage

Virages à forte inclinaison, vol lent, décrochages, patrons de pilotage précis, …

Voir les articles


Préparation de l’approche

Préparation de l’approche

À quinze minutes du début de la descente, le pilote doit avoir déterminé sa stratégie d’arrivée, ce qui suppose avant cette échéance de disposer des informations sur le terrain de destination. Un retard n’a pas de gravité sur un aérodrome peu contraint, le pilote pourra décider d’attendre à la verticale du terrain au dessus de l’altitude du circuit de piste, pour finaliser son plan d’intégration. Un aérodrome très contraint et non familier représente une difficulté qui doit alerter, en vue d’une préparation en conséquence.

Voir les articles


Descente

Descente

Sur un avion léger la descente est opérée sur un plan d’environ de 2°, soit 200 pieds par Mille Nautique. Avant de descendre le pilote vérifie les indications de CAP et la sélection du réservoir carburant. Durant la descente il ajuste la calage altimétrique à sa cible, et envisage d’allumer les phares si la densité de trafic ou les conditions visuelles l’y incitent. Il faut régulièrement réajuster la puissance, qui tend à augmenter avec la pression atmosphérique.

Voir les articles


Approche

Approche

La phase d’approche commence lorsque la cible d’altitude est calculée par rapport à l’altitude du circuit de piste du terrain de destination (+ 500 ft). Attention au calage altimétrique ! Phares en marche. Le pilote fait de mémoire la Check-liste Approche. Le passage à la verticale du terrain avec observation de l’aire à signaux, peut-être requis pour l’acquisition des paramètres, avant l’intégration dans le circuit d’aérodrome.

Voir les articles


Attente

Attente

Ne pas hésiter à se mettre en attente lorsque l’on n’est pas prêt, afin de temporiser, et se préparer. L’attente peut être requise car la piste n’est pas disponible. Il est fortement déconseillé d’essayer de se mettre en attente après l’entrée en étape de base du circuit de piste. Dans ce cas faire une remise de gaz.

Voir les articles


Avant atterrissage

Avant atterrissage

Le pilote a configuré sa machine pour évoluer en approche à 1,45 x Vs, puis dès l’interception en descente de l’axe de piste en configuration atterrissage, à 1,3 x Vs. Les évolutions devront alors être limitées à des inclinaisons de 10° maximum, en configuration atterrissage. Les actions dans l’ordre de leurs priorités sont, interception de la finale, la configuration de la machine pour l’atterrissage, la Check-liste Avant Atterrissage, puis le message radio.

Voir les articles


Remise des gaz

Remise des gaz

La remise des gaz, débute par l’abandon de l’intention d’atterrir. Certains instructeurs aiment à décrire l’atterrissage comme une remise des gaz manquée, pour exprimer qu’ils prévoient la remise des gaz avant d’envisager l’atterrissage. Lorsqu’une remise des gaz n’a pas été sérieusement envisagée, elle constitue un stress important, et entraine une augmentation brutale de la charge de travail, en particulier en environnement contraint, avec des survols à éviter et des espaces aériens à prendre en compte, ou avec beaucoup de trafic en circuit de piste. Ne pas oublier de faire la Check-Liste Après Décollage.

Voir les articles


Atterrissage

Atterrissage

La machine doit être parfaitement stabilisée et au plus tard à 300 pieds sol pour que le pilote décide d’atterrir. À l’exception des tours de piste basse hauteur, où ce seuil peut être abaissé à 100 pieds sol. Une stabilisation haute permet d’avoir une conscience de la situation optimale, notamment des autres trafics et de préparer mentalement le sens et l’amplitude des actions de décrabage s’il y a du vent de travers. Etes-vous bien autorisé à atterrir ? L’axe central de la piste doit rester entre les roues du train principal pendant toute la décélération, jusqu’au moment de dégager la piste.

Voir les articles


Piste dégagée

Piste dégagée

Lorsque la piste est dégagée, le pilote coupe les feux à éclats. Si certains actions requièrent une précision qui risque de vous détourner du suivi précis de la trajectoire de roulage, comme la remise en place de la goupille de sécurité du parachute de secours, et la Check-Liste Après Atterrissage, il faut marquer l’arrêt.

Voir les articles


Roulage

Roulage

Le roulage n’est pas sans risque, de collision avec d’autres appareils, avec le balisage des taxiways, avec un hangar, attention à la proximité potentielle avec des personnes. Sur les terrains en herbe, les irrégularités, et autres trous de lapin peuvent compromettre la garde au sol de l’hélice. Une erreur de cheminement risque de vous faire commettre une incursion de piste. Restez vigilants !

Voir les articles


Au parking

Au parking

Le frein de parking est serré, testez la coupure du moteur, pour réduire les risques qu’il ne démarre en cas de manoeuvre de l’hélice à la main. Relevez les paramètres qui peuvent l’être, configurez la machine pour le débarquement des passagers, sous votre contrôle. Check-Liste au Parking.

Voir les articles


Après le vol

Après le vol

Faites le tour de la machine pour vous assurer de son intégrité, vérifiez les entrées d’air, les antennes, l’entoilage, repositionnez les obturateurs. Si vous ravitaillez la machine ne manquez pas l’opportunité d’évaluer précisément la consommation de votre vol. Remplissez le carnet de route, et votre carnet de vol. Si un événement a compomis ou aurait pu compromettre la sécurité de votre vol, notifiez-le !

Voir les articles

Rappel de toutes les phases de vol

Inscrivez-vous pour être informé !

Search

›   Contactez-nous !